vendredi 12 décembre 2008

Vendée Globe : Michel Desjoyeaux et les icebergs

Alors qu'il se retrouver dans le peloton de tête du Vendée Globe, Michel Desjoyeaux gardera gravé dans sa mémoire à jamais, lui qui avec deux tours du monde au compteur n'avait jamais vu d'iceberg.

Foncia

« J'avoue que je n'étais pas pressé de rencontrer un iceberg... Mais c'est magique, c'est superbe... Si je n'avais pas été en course, j'aurais mis le clignotant, je serais allé le voir de plus près. La visibilité était bonne... Je savais que potentiellement il y avait des risques de glace dans ce coin-là. L'organisme qui se charge de surveiller avait repéré quelque chose, mais ils ne savaient pas si c'était un glaçon ou un bateau de pêche.

Et à un moment, j'étais en train de regarder un truc à l'ordinateur et je regarde par le hublot de côté du rouf. Je vois alors une vague un peu bizarre et qui restait au même endroit. Je suis sorti et j'ai vu la tâche bleue turquoise avec les petits morceaux de glace autour. J'ai pris la barre au cas où je devrais en éviter un dans cette mer courte. Il était à un demi mille. C'était le premier et puis une demi-heure après, j'en ai vu un autre qui était beaucoup plus petit... On voyait quelques têtes de glace qui dépassaient. Ils étaient dans la même trajectoire.

J'ai transmis tout cela à la direction de course pour prévenir les autres copains. J'ai regardé quelques minutes car il y avait une assez bonne visibilité en restant sur le pont au cas où... Par contre, si je m'étais servi du thermomètre pour déceler la présence d'iceberg, cela n'aurait servi à rien. La température n'a pas bougé d'un degré ! ».

0 commentaires:

Publier un commentaire