samedi 14 novembre 2009

Transat Jacques Vabre : Le récit du sauvetage des skippers de BT

Sebastien Josse - BTDéposés sur la base militaire de Terceira aux Açores par l'hélicoptère de l'armée portugaise venu leur porter secours, Sébastien Josse et Jean-François Cuzon sont revenus sur leur mésaventure. Secoués, soulagés mais surtout très déçus, les deux hommes passeront la nuit auprès de leurs sauveteurs avant de monter dans l'avion samedi matin pour leur retour en France.



"J'ai eu peur de passer la nuit sur un bateau qui pouvait couler à tout moment, surtout", annonce Jeff Cuzon d'une voix calme  "Il y avait une mer forte, mais ça allait bien, on menait le bateau avec prudence. J'étais à l'intérieur et Jojo sous la casquette, une très grosse vague a percuté le roof et l'a littéralement fait exploser. Je me suis retrouvé sous des tonnes d'eau, le carbone s'est effrité et ensuite tout s'est passé très vite. On a rassemblé le matériel de survie, déclenché les balises et prévenu la direction de course tout de suite pour demander une assistance."

Sébastien Josse dira par la suite : "Ma plus grosse inquiétude était de prendre une seconde vague et de couler en quelques minutes (...) on a donc basculé la quille pour faire gîter et protéger la partie endommagée, puis on a attendu environ 5 heures."

josse-bt2

Jean-François Cuzon :
"On a envisagé plusieurs solutions, et un navire scientifique est venu à notre rencontre. Quand il est arrivé sur zone, on s'est vite aperçus que l'on ne pourrait rien faire, il restait 8 mètres de creux et il sautait dans les vagues, son étrave sortait complètement (ndlr - il s'agit pourtant d'un bateau d'environ 50 mètres de long). Ensuite l'hélicoptère de la Marine Portugaise est arrivé, il a survolé la zone pour estimer la dérive de BT et a envoyé un plongeur à notre vent. Il a fallu que l'on saute à l'eau, j'y suis allé le premier et en 18 minutes tout était fini, nous étions tous les deux à bord". L'opération a été menée avec un professionalsime et un talent impressionnants, sachant que l'appareil ne pouvait, pour des raisons d'autonomie, que consacrer 20 minutes à ce sauvetage ! "On s'est regardés avec l'impression de l'avoir échappée belle, ça se joue à rien."

Sébastien Josse : "Les gens que nous avons rencontrés à cette occasion sont des gars en or, de grands pros qui ont seulement la fierté du travail bien fait. Ils adorent le sauvetage, étaient fiers de cette mission, c'est beau à voir ... des types impressionnants, des gens qui servent à quelque chose. L'accueil a été fantastique (...) L'accident en lui-même, c'est un peu l'histoire qui se répète, je commence à m'habituer. "

Jean-François Cuzon : "C'est un grand soulagement d'avoir été recueillis, mais surtout le sentiment est celui d'une grande déception. Sur cette course on avait tous les atouts pour faire quelque chose de bien et tout tombe en un quart de seconde. C'est vraiment dur à gérer..."


Photo : Thierry Martinez - BT

0 commentaires:

Publier un commentaire